jeudi 29 octobre 2020

Les Fables de la Fontaine. 1947-1994.

Coïncidence du calendrier, les illustrateurs mentionnés dans les deux précédents billets se retrouvent ici.

En 1994, Joelle Jolivet réinterprète pour les éditions Albin Michel la version des Fables de la Fontaine illustrée en 1947 par Armand Rapeno. Elle redessine la couverture, clin d’œil au dessin original et glisse en bas des pages de texte une petit animal, rappel du héros de la fable.


Ci-dessus version d'Armand Rapeno revisitée 47 ans plus tard par Joëlle Jolivet, ci-dessous.



Les illustrations d'Armand Rapeno viennent toujours illustrer le texte, rehaussé d'un dessin de Joëlle Jolivet. Éditions Albin Michel.

lundi 26 octobre 2020

Fais-moi peur!

Joëlle Jolivet réside à Ivry. La municipalité à fait appel à son talent pour proposer aux enfants une occupation pendant les vacances et à l'occasion d'Halloween. 

Il y avait très longtemps que je n'avais pas partagé de masques sur ce blog. Je suis ravie de pouvoir partager ceux-ci tant j'aime le travail de cette illustratrice. A télécharger sur le site de la mairie d'Ivry.

Ils sont épouvantablement vilains pour faire horriblement peur ;-). 




dimanche 25 octobre 2020

Armand Rapeño, l'enquête.

Qui est Armand Rapeño ?

Un paradoxe.

Un artiste prolifique dont on retrouve l’œuvre en salle de ventes, dans les collections publiques, chez les bouquinistes, dans les vide-greniers. 
Un homme dont on ne sait rien. Ses notices biographiques sont vides et le peu d’information dont on dispose est erroné.

Comment est-ce possible ?

A l’automne 2018, l’auteure jeunesse Martine Delerm lance un avis de recherche sur le groupe Facebook « Autour de la littérature jeunesse », j’y réponds.

Ai-je été influencée par Polo, Nini, Zoulou et Cie que j’ai tant feuilleté enfant, chez mes grands-parents, alors que je ne savais pas lire.          

 

coll. pers.

D’Armand Rapeño je ne connaissais que quelques enfantina, ceux ayant appartenus à ma mère et quelques publicités monochromes parues dans l’Illustration. Bien peu de choses pour étayer une recherche. L’enquête est ardue, seules quelques bribes d’informations émergent ici et là. Elle m’amène à creuser d’autres sujets, en parallèle.  Malgré-lui, Armand Rapeno est devenu le fil conducteur d’une recherche autour de l’enfance et de l’illustration entre les milieux du XIXème et du XXème siècle. Heureuse coïncidence, ce sont les thèmes qui alimentent ce blog depuis longtemps.  
 
Vous pouvez retrouver ces pistes en suivant ce lien
 
Cependant Armand Rapeño ne se résume pas à sa production pour enfants. Affichiste, dessinateur humoristique ou publicitaire, illustrateur, il se faisait appeler selon les situations artiste-peintre ou artiste-dessinateur.
 
J’ai fini par retrouver sa trace, il s'était bien caché.   

Vous pouvez suivre l’enquête ici:   

jeudi 15 octobre 2020

Rapeño: un artiste français.

En 1938, l'éditeur Albin Michel lance Francis, le journal des enfants bien élevés pour faire suite au Bon-Point amusant. Le front populaire n'est plus, la presse jeunesse française veut s'affranchir des influences étrangères et notamment des comics américain. Le nationalisme fait son retour à marche forcée*.

Le 1er numéro sort le 16 juin 1938, suivi de 26 autres. Lors de la parution du 27ème numéro, le 15 Décembre 1938, l'éditeur promet une nouvelle série Surcouf, le journal des jeunes français qui ne verra finalement jamais le jour.

Armand Rapeño collabore déjà avec l'éditeur. Pour ce journal il réalise quelques couvertures dont celle du numéro 2 du 23 juin 1938.

 

Grâce au blog Points de Cerise violette, nous découvrons la ligne éditoriale de ce journal.. 

 

 

« Francis est un journal français. Francis est entièrement fait en France, rédigé et illustré par des auteurs et des artistes français, imprimé par des ouvriers français, pour un public de jeunes Français. Ses récits, ses dessins, sa présentation, sont conformes au goût de notre race. Il est accessible à tous, compréhensible par tous. Il peut être mis dans toutes les mains. Ses romans d’aventure sont émouvants et pleins d’action, ses histoires comiques sont amusantes. Mais les uns et les autres sont toujours de bon goût et ne font jamais appel aux émotions malsaines […].

Francis est le journal des enfants bien élevés!


En même temps qu’il s’efforce de distraire sainement ses jeunes lecteurs Francis se fait un devoir de les instruire en jouant. Chaque semaine, oncle Alain mettra ses neveux au courant de toutes les nouveautés scientifiques, mais toujours d’une manière familière, récréative, sans jamais avoir l’air de leur donner une leçon. Grâce à lui, ils apprendront, sans effort, comment une auto marche, comment un avion vole, comment un bateau navigue, comment fonctionne un phonographe, un appareil de radio, etc... Bien mieux encore, ils ne tarderont pas à savoir construire eux-mêmes cet avion, ce bateau, ce poste deTSF, etc.
Et tout cela en s’amusant.
Aussi tous deviendront de fidèles amis de Francis, le journal des enfants bien élevés » (n° 1, juin 1938)
.

 

Est-il alors possible de continuer à penser après avoir lu cette note de l'éditeur qu'Armand Rapeño ait pu être d'origine étrangère? S'agit-il d'un pseudo ? Le mystère reste entier, l'enquête continue.

Quatrième plat de la reliure des journaux Francis. Nous y retrouvons la liste des enfantina auxquels A.Rapeño chez Albin Michel.


*A voir actuellement sur France Télévision: Histoires d'une nation. Une présentation de cette montée nationaliste.

lundi 28 septembre 2020

Au coin du feu.

Au milieu des années 20, la fonderie ardennaise Deville fait appel aux talents d'Armand Rapeño pour la réalisation de publicités. J'en ai pour l'instant identifié trois différentes mais peut-être en existe-t-il d'autres. Si les ambiances proposées pour les modèles de la cheminée 600 et le poêle Monopole font appel aux décors Arts Déco que l'on peut retrouver dans le catalogue Voyage autour du Bois, celle proposée pour la cheminée n°450 prénommée Lily s'inscrit dans l'univers enfantin bien connu des lecteurs de la série des albums Ralph aux éditions H. Laurens. Il semble que pour ce modèle, les cheminées Deville aient choisi une mise en avant des enfants, un univers cosy dans lequel ils peuvent vivre au chaud. Nous retrouvons ce thème au gré des publicités, quelque soit le nom de l'artiste aux commandes.

Pour la version proposée par Armand Rapeño, je me suis amusée à vous la présenter à la manière d'un coloriage. 



L'image en couleur est extraite d'une affiche lithographiée, l'image en N&B provient d'une publicité parue dans l'Illustration en 1925. 

Des enfants jouent au coin du feu avec des figurines en bois découpé que l'on retrouve dans les nombreux catalogues d'étrennes illustrés par l'artiste. Un chien, qui pourrait être le frère de Ralph, les observe avec attention.

dimanche 28 juin 2020

Babar et le théâtre de l'Oncle Sébastien. 1937.

 
Programme du Théâtre de l'Oncle Sébastien
Coll. pers.

Maryline Romain a étudié l’œuvre de Léon Chancerel, le fondateur du théâtre de l'Oncle Sébastien. Elle fait référence dans sa thèse (1) au rôle tenu par le réformateur lors de l'exposition Arts et Techniques de 1937, à Paris.



Art Vivant. N°210 - Avril 1937. Coll. pers. 


Paris Soir 12 Juin 1937.

 "- Groupe II - Classe 8-A: La femme, l'Enfant, la Famille.
Nommé conseiller artistique de la Classe 8-A "Femme, Enfant, Famille", Chancerel prit soin de s'entourer des collaborateurs choisis parmi ceux dont il partageait les vues et qu'il jugeait les plus qualifiés. Il appela à ses cotés Jean de Brunhoff, l'auteur de Babar, le Père Castor, éditeur des célèbres albums, la pianiste Marguerite Long, William Gwin, animateur du Théâtre ambulant pour l'enfance, Ginette Martenot, pianiste et pédagogue, René Gabriel, décorateur et ami de longue date, le dessinateur Pierre Joubert, principal imagier des Scouts de France, et le marionnettiste Jacques Chesnais, fondateur en 1934 des Comédiens de Bois et futur collaborateur du Centre dramatique Kellermann."(2)

Art Vivant. N°210 - Avril 1937. Coll. pers. 

"la Classe "Femme, Enfant, Famille" avait à sa disposition une salle située sur le cours la Reine, derrière le petit Palais. Ce n'était pas à proprement parler un théâtre, mais une toute petite salle de démonstration aménagée par Léon Chancerel et René Gabriel. Un dispositif architectural fixe occupait une partie du plateau." (3)





"La salle de Démonstration s'effilait, blanche, couverte de banquettes (bois brun, coussins blancs à bouton d'or) jusqu'au podium que M. René Gabriel avait doté d'un fond haut et roulé, bleu, éclairé par réflexion, et de deux petits portiques avancés. Là eurent lieu des conférences, et aussi des spectacles pour les enfants, sous la direction de M. Chancerel." (4)

 
 Source: Gallica.

"L'inauguration eu lieu le 25 juin 1937. Le programme de chants, de danses et de musique ( avec les élèves de Marguerite Long) se cloturait par la pantomine du Meunier, son fils et l'âne. La petite-fille du Président de la République Albert Lebrun (présent dans la salle) jouait une invitation à la musique de Pierre Vellones."(3)

Babar et l'Oncle Sébastien
Conferencia 15 aout 1937. Coll. pers.


 Conferencia 15 aout 1937. Coll. pers. (5)

 
"Le théâtre de l'Oncle Sébastien donna sur cette petite scène dix-huit représentations d'une Aventure de Babar dans une version courte créée pour la circonstance, les dimensions du plateau n'autorisant que des pièces à distribution réduite". (3)

Dessins des décorations de René Gabriel pour le spectacle 

Une aventure de Babar de Jean de Brunhoff et Léon Chancerel, 1937.

"La scène, par ailleurs, était destinée à accueillir en priorité des conférences ou les jeux dramatiques présentés par les enfants des écoles et des mouvements de jeunesse". (3)


https://www.pinterest.fr/pin/501377370990199888/

Quelques mois plus tôt, en janvier 1937, Léon Chancerel présente dans le bulletin d'Art Dramatique n°3,  les personnages des aventures de Babar, 


Simultanément, il donne une conférence sur le sujet du Théâtre et les enfants. Elle sera retranscrite en Aout 1937 dans la revue Conferencia (5), au beau milieu du succès des représentations des aventures de Babar. 

"Nous allons vous présenter trois scènes (5) d' Une aventure de Babar, qui est, avec Piphagne, un des grands succès du Théâtre de l'Oncle Sébastien. Vous connaissez tous les délicieux albums de Babar, mais vous ne connaissez peut-être pas comment est né Babar.

M. de Brunhoff avait un enfant malade. Pour le divertir, Mme de Brunhoff eut, un jour, l'idée de prendre un édredon, une serviette, de s'en affubler et de faire l'éléphant". L'enfant s’écria: Babar. Cela fut, avec le nom du personnage, le début d'une histoire que Mme de Brunhoff raconta, en le vivant, au petit malade... les fameux albums vinrent ensuite.


Rose Nadau. 1937

Jean de Brunhoff étant un des premiers amis de notre théâtre, nous eûmes le désir d'introduire Babar parmi nos personnages et nous avons cherché ensemble le scénario de la comédie, en constante collaboration avec les comédiens.

Dans notre théâtre, nous cherchons à combler tout fossé, à supprimer toute barrière entre la salle et la scène. Les enfants participent au jeu qui se joue sur le plateau. Ils ne sont pas des spectateurs passifs mais d'autres "acteurs" qui, de la salle, ont leur mot à dire dans la partie.

C'est ainsi que, toujours dans Babar, à la scène du tribunal, les enfants de la salle sont appelés à témoigner de ce qu'ils savent sur ce qui s'est passé, à rétablir la vérité des faits, à remettre sur le bon chemin la Justice qui s'égare. Éveil de la conscience collective. A certains jours, on ne peut pas "enchainer" tellement les enfants interviennent dans l'action pour empêcher que le mal ou le mensonge un instant ne triomphent, conformément aux nécessités du développement de l'action. Mais venez voir cela un jour..."

Conferencia 15 aout 1937. Coll. pers.


Aujourd'hui on peut réécouter ces aventures grâce aux enregistrements mis en ligne par la Bnf. 


La mise en musique originale de Pierre Vellones est également disponible. Ce n'est qu'en 1949 que Francis Poulenc adaptera l'histoire de Babar, la version pour piano et récitant que nous connaissons aujourd'hui. Il dira : « Je crois que c’est plus curieux que mon piano habituel ». Il mettra des années à achever ce mélodrame. (6)

L'ensemble des photos des Aventures de Babar du Théâtre de l'Oncle Sébastien ont été prises par Roger Schall pour le compte de l'Agence Schall Press Paris.

(1) Maryline Romain - Léon Chancerel. Portrait d 'un réformateur du théâtre français (1886-1965)
Préface Robert Abirached Editions l'Age d'homme,  Série «Études », 2005.
432 p.,35 ill.ISBN 2-8251-1963-6.27 .
 (2) p 286. (3) p287

(4) Ministère du Commerce et de l'Industrie. Exposition Internationale des Arts et Techniques. Paris 1937. La section française: les groupes et les classes - groupes I à V. Rapport général Tome 5. p 115
(5) Conferencia - Journal de l'Université des Annales. N° XVII - 15 Août 1937.
(6) La revue des livres pour enfants . N°262. 2011.

samedi 27 juin 2020

Enfants et Jeunes de France à l'exposition internationale de 1937.

Visiter l'exposition Arts et Techniques sous l'angle de l'enfance.  Lire les premiers compte-rendus des enfants et jeunes de France qui s'y rendent vraisemblablement en Juin 1937 pour le numéro de Juillet.

Couverture illustrée de J.Langlais. coll. pers.

 

Nous consacrerons notre première visite au centre dramatique pour la jeunesse de Léon Chancerel.

coll. pers. 

et en particulier à la représentation de Babar du Théatre de l'Oncle Sébastien qui s'est tenue au pavillon de la femme, l'enfant et la famille. Prochain billet.